Ar bara segal

Disadorn tremenet e oan bet e maner Balangeard, e Rufieg, evit selaou ur brezegenn diwar-benn ar milinoù. Ar prezegenner en doa goulennet: " Petra a veze graet gant bleud segal ?". Den ebet estregedon na c'helle lavarout e veze graet bara gant segal. Neuze e oa deuet soñj din eus ar gontadenn wir bet degouezhet d'am eontr Marcel.

War-dro ar bloavezhioù naontek kant ha pemp war-ugent e veze graet c'hoazh bara segal war ar maez. Pep tiegezh a hade ur parkad segal evit ober greun ha plouz. Ar greun a veze kaset da valañ d'ar veilh evit ober bleud. Ar plouz a veze dalc'het evit ober toennoù plouz. Ar segal a oa plouz hir dezho, war-dro 1,8 m, evit herzel ar plouz da derriñ pa vezent dornet. Dornet e vezent gant freilhoù pe gant dornerezioù kozh: dornerezioù houarn-teuz Potin. An dornerezioù a veze graet gant Garnier e Redon pe gant Rivières e Kemperle.  E-barzh ar re-mañ e veze lakaet nemetken toc'had segal da zornañ. Ouzhpenn-se, evit lakaat ar plouz da chom kreñv e veze troc'het ar segal un tammig glaz da lakaat ar plouz da c'houeñviñ da herzel anezho da sec'hañ re.

Pa veze malet segal ha deuet ar bleud er gêr ez aoze ar vamm an toaz gant bleud segal, dour, holen glaz, ha goell (un tamm toaz kozh eus ar forniad diwezhañ). Pa veze erruet da aozañ an toaz e veze lakaet dre voulloù  evit ober torzhioù. War-lerc'h e veze lakaet an torzhioù d'ar go. An devezh war-lerc'h a-benn ma oa goet an toaz e veze kaset an torzhioù kriz da boazañ d'ar vourc'h da ti-forn ar baraer. Familh ma eontr a oa tri den deuet ha c'hwec'h bugel enni. Ur wech ar sizhun e veze graet un dorzh vara segal rond vraz. Homañ a veze he fouez war-dro 5 kg. Met, me a gomz hir evit lavarout ur gontadenn verr.

Neuze, aet ma eontr Marcel, war droad a-dreuz ar parkoù, d'ar vourc'h da gas an dorzh vara da boazhañ. A-benn ma tegouezhas tost d'an ti-forn e oa Marian Koz o labourat e-barzh al liorzh. Lavarout a reas Marcel dezhi: " Devezh mat Itron Koz". Ha hi ha respont: " Devezh mat Marcellig. Petra emaoc'h o tont da ober er Vourc'h ? ". Marcel: " Da gas bara segal d'ar forn ". Itron Koz: " Graet e vez c'hoazh ar bara tamm krabich revr-se war ar maez ? ". Mezh en doa Marcel da vezañ chomet mod kozh. Koulskoude, ken mat e oa evitañ an tamm bara segal gant un tamm kig sal pe gant un tammig amann ledet warnañ ...

Le pain de seigle

Samedi dernier, j’ai été au manoir de Ballangeard, à Ruffiac, pour écouter une conférence sur les moulins. Le conférencier a demandé: " Que fait-on avec la farine de seigle?". Personne, sauf moi, ne savait qu’on faisait du pain avec le seigle. Alors je me suis rappelé une histoire vraie arrivée à mon oncle Marcel.

Aux alentours de 1925, on faisait encore du pain de seigle à la campagne. Chaque ferme semait un champ de seigle pour faire du grain et de la paille. Le grain était porté à moudre au moulin pour faire de la farine. La paille était gardée pour faire les toits en paille. Le seigle avait des pailles longues autour de 1,80 m, pour empêcher la paille de casser quand on la battait. Le seigle était battu avec des fléaux ou avec la vieille batteuse: la batteuse en fonte. Les batteuses étaient fabriquées par Garnier à Redon et Rivière à Quimperlé. Dans celles-ci, on ne mettait que les épis du seigle à battre. En plus, pour faire que la paille reste solide, on coupait le seigle un peu vert, pour faire faner la paille pour qu’elle ne sèche pas de trop.

Quand le seigle était moulu et la farine était revenue à la maison, la mère fabriquait la pâte avec de la farine de seigle, de l’eau, du sel gris, et du levain (un morceau de vieille pâte de la dernière fournée). Quand la pâte était faite, on la mettait en boule pour faire des miches. Après, on mettait les miches à fermenter. Le jour suivant, quand la pâte avait levé, on portait les miches crues à cuire au bourg, au fournil du boulanger. La famille de mon oncle comportait trois adultes et 6 enfants. Une fois par semaine, on faisait une grande  miche de pain de seigle ronde. Elle pesait autour de 5 kg. Mais je parle longtemps pour dire une histoire courte.

Alors mon oncle, Marcel, est parti au bourg, à pied à travers champs, porter sa miche de pain à cuire. Quand il arrive près du fournil, madame Marianne Le Coz est en train de travailler dans son jardin. Marcel lui dit: " Bonjour Madame Le Coz". Madame Le Coz répond: " Bonjour Marcellig. Que viens-tu faire au bourg ? ". Marcel : " Porter le pain de seigle au four". Madame Le Coz: "On fait encore ce morceau de gratte-cul à la campagne ? ".

Marcel avait honte d’être resté vielle-mode. Pourtant, comme c’était bon, pour lui, un morceau de pain de seigle avec un morceau de lard, ou avec un peu de beurre étalé dessus...

Remarque : J’ai été au manoir … est un bretonnisme mais c’est la traduction exacte, pour dire je suis allé en breton on dirait e oan aet.