Skrivet gant Joseph Le Derout zikouret gant Emile Granville.

Diwar-benn An Oriant e-pad ar brezel diwezhañ

Soñj am eus c'hoazh. Koulskoude ne oan nemet tri vloaz. Pa oan bet dihunet ar mintin-se, en hañv 1944, e oamp gant ma breur Armand, kousket e-barzh an "tranche". Un toull graet  e-barzh ar porzh ha goloet  gant ur bern fagodennoù. Gellout a raed diskenn e-barzh gant ur skeul.

Bet oa bet un dra-bennak e-pad an noz, hag hon zud e-keit ha ma oamp kousket don, o doa lakaet ac'hanomp er-maez eus an danjer e-barzh an "tranche".  War-lerc'h ez eus bet lavaret deomp e oa bet kouezhet bomboù diwar kirri-nij e-pad an noz e rosoù Kerzay  (e galleg Kerdavid, daou anv evit ar memes kêr). War-dro eizh kant metr ' zo diouzh lojeroù  ma zud, ha pemp kant metr diouzh an ti tostañ.

An Oriant n'emañ ket ker muioc'h evit ugent km dre nij diouzh An Trehou e-lec'h m'emañ plasig bihan ma zud. Bemdez ha bemnoz e kleved pezhioù-kanol o trouzal ha bomboù o kouezhañ war kêr An Oriant. Ar c'hirri-nij a veze o treuziñ a-zioc'htomp  alies, o vont hag o tont en-dro eus Bro-Saoz da gavout An Oriant, pe ar-c'hontrol pa o doa graet o labour. Met james ne daolent bomboù war An  Trehou. An Trehou ' zo ur vourc’hig vihan war ar maez ha ne oa ket Alamanted ha netra talvoudus da vezañ distrujet.

Petra a oa digouezhet ha degaset ar c'harr-nij saoz da ziskargañ e vomboù e kreiz ar parkoù ha lannigennoù Kerzay ?

Ma zad en deus kontet din: war-dro hanternoz en doa klevet trouz ur c'harr-nij o nijal a-hont dreist an ti war-zu ar c'huzh-heol. Trouz fall a rae. Gwechoù e veze harpet trouz ar c'heflusker hag un tammig war-lerc'h e veze klevet en-dro. Ne yae ket mat en-dro avat.

Un tammig war-lerc'h, ar c'hentañ trouz diwar tarzhadenn ar bomb kentañ, hag un eil, un trede, hag ur pevare. Klevet e veze e-giz grizilh o kouezhañ war toennoù maen-glaz, tammoù bomboù ha maen savet gant tarzhioù bomboù o kouezhañ war an toennoù. Hag en-dro, trouz ar c'harr-nij, o vont pelloc'h pellañ, ha netra mui.

Bemdez ha bemnoz e teue kirri-nij eus Bro-Saoz da ziskargañ bomboù war An Oriant. Tennañ a rae an Alamanted gant o DCA warne, evit pilat anezhe. Gwechoù ' zo ne veze ket touchet ar c'hirri-nij, hag gwechoù-all e vezent distrujet ha neuze e klaskent mont en-dro da gavout ar gêr. Amañ, ar c'harr-nij a zo bet touchet gant tennoù DCA ha n'en deus ket bet amzer da ziskarg e vomboù war An Oriant. Evit skañvaat  hag  evit kavout amzer da vont d’ar gêr a-raok kouezhañ e oa dav dezhañ diskargañ e vomboù. Neuze en doa klasket e-barzh an noz ul lec'h na oa ti ebet ha diskarget en doa e vomboù. N’eus ket bet drouk war-bouez pevar zoull bras e-barzh ros Paul Kerzay. Aon ' zo bet memestra ! Un tamm potin bomb pevar pe pemp kilos anezhañ ' zo kouezhet war toenn ti Presse, neuze torret maen glaz gantañ, treuzet ar volij hag erruet e-barzh traoñ ar gwele e-lec'h ma oa Lili ha Paul Presse o kousket. Setu un eñvorenn din-me, ha me paotrig bihan, eus emgann Chakot An Oriant. Seurt darvoudoù a zo chomet bev mat ennon, evel darvoudoù skrijus mareoù ar brezel bet bevet gant ul lodenn vat eus an dud.

Ecrit par Joseph LE DEROUT aidé par Emile GRANVILLE

A propos de Lorient pendant la dernière guerre.

Je me rappelle encore, et pourtant je n’avais que trois ans.

Quand je me suis réveillé ce matin d’été 1944, nous étions avec mon frère Armand couchés dans la « tranchée ». Un trou fait dans la cour et recouvert d’un tas de fagots. On pouvait y descendre avec une échelle.

Il y avait eu quelque chose pendant la nuit, et nos parents pendant qu’on dormait ferme nous ont mis hors de danger dans la « tranchée ». Après, on nous a dit que pendant la nuit des bombes étaient tombées dans les garennes de kerzay (en français Kerdavid, 2 noms différents pour un même village). C’est à peu près à huit cents mètres de l’habitation de mes parents et cinq cents mètres de la maison la plus proche. Lorient n’est pas à plus de 20 km à vol d’oiseau de Le Trévoux, où se trouve la petite ferme de mes parents. Et tous les jours et toutes les nuits, on entendait gronder des pièces d’artillerie et des bombes tomber sur Lorient. Les avions traversaient souvent au dessus de nous allant et revenant d’Angleterre vers Lorient, ou le contraire, quand ils avaient fait leur travail. Mais jamais ils ne jetaient leurs bombes sur Le Trévoux. Le Trévoux est une petite bourgade de campagne et il n’y avait pas d’Allemands et rien qui vaille à détruire.

Qu’est il arrivé qui a amené l’avion anglais à lâcher ses bombes dans les champs et des landes de Kerzay ?

Mon père m’a raconté  qu’autour de minuit il a entendu le bruit d’un avion au dessus de la maison. Il volait vers l’ouest. Il faisait un mauvais bruit, parfois le bruit du moteur s’arrêtait et un peu après, on l’entendait à nouveau. Mais il ne tournait pas rond. Un peu après, il a entendu le premier grand bruit de l’explosion de la première bombe, puis un deuxième et un troisième et un quatrième. On entendait comme le bruit de grêle sur les toits d’ardoise, des éclats de bombe et des pierres soulevées par l’explosion qui tombaient sur les toits. Et de nouveau le bruit de l’avion, allant de plus en plus loin, et puis plus rien.

Chaque jour et chaque nuit des avions venaient d’Angleterre décharger leurs bombes sur Lorient. Les Allemands leur tiraient dessus avec leur DCA. Parfois les avions n’étaient pas touchés, parfois ils étaient détruits ou bien touchés alors ils cherchaient à retourner chez eux. Ici l’avion à été touché par les tirs de la DCA et n’a pas eu le temps de larguer ses bombes sur Lorient. Pour s’alléger et avoir le temps de rentrer avant de s’écraser, il devait lâcher ses bombes. Alors il a cherché dans la nuit un endroit où il n’y avait pas de maison et a largué ses bombes. Il n’y a pas eu de mal à part les quatre gros trous de la garenne de Paul de Kerzay. On a eu quand même peur ! Un morceau de fonte de 4 à 5 kg est tombé sur le toit de la maison de Presse. Il a cassé les ardoises et traversé la volige et est tombé dans le bas du lit où dormaient Lili et Paul Presse. C'est pour moi un souvenir d'enfant de la bataille de la Poche de Lorient. De tels évènements sont restés vivants en moi, comme des évènements terribles de l'époque de la guerre vécus par bien des gens.