BOKEDOU? PERAK E VEZ C'HWEZ VAT GANTO?

Bokedoù ar barzh

"Mignonez, deomp da welet hag ar rozenn a zo bet digoret dindan heol ar mintin, daoust  hag eñ e chom d'an enderv-mañ c'hoazh d'he sae vouk he flegoù hag he liv warni ken par hag ho hini".

Bokedoù al louzawour

Ar boked-koukou, anv louzawouriel  "Lichnis flos coculi", a zigor e-touez geot ar pradoù e fin miz Mae hag e penn-kentañ miz Even. Tanav ha hir eo ar petalennoù ha liv roz dezhi

Ar bokedoù-laezh a vez kavet diwar ar c'hleuzioù war-du ar sav-heol e derou miz Meurzh. Daou seurt ' zo. Unan war an douaroù treñk e-giz e Breizh, bep a lostig dezho, an anv louzawouriel: "Primula vulgaris". Unan all, war an douaroù razek e-giz tro-dro Pariz, an anv louzawouriel: "Primula officinalis". "Officialis", da lavaret eo evit ober louzoù ganti. Pemp pe c'hwec'h boked; bep a lostig dezho, a zo staget ouzh ul lostig heñvel ha brasoc'h, anvet bokedheñveladenn ganin. Ar bleunioù karotez gant kraoñ-douar, ar c'hwervizon ha kalz bleunioù all a zo staget ouzh ar memes lostig. Heñvel int ouzh ur vleunienn nemetken. Gellout a reomp envel anezho ar bokedheñveladennoù. Ar "Primula officinalis" a vez gwelet war rizennou hentoù, un tammig war-lec’h Laval betek Pariz, adalek miz Meurzh betek miz Mae.

Blichoù

Blichoù (kalz bokedoù war ar memes lostig). Ar gwez kistin o deus bleunioù war blichoù, anvet "butun marmouzed". Kavet e vez blichoù avat war kalz gwez, kraoñ-kelvez, derv, bezv, gwern, kraoñ bras, haleg, hag all...

Bez' zo bleunioù o deus daou rev enno, an tad (entaminoù) hag ar vamm (hadkelloù). Bez' zo bleunioù o deus ur rev hepken hag a zo tad pe vamm. Gwechoù ' zo e vez an daou rev war ar memes plantenn. Evit blichoù kistin, an daou seurt rev a zo war ar memes blich. Ar rev-mamm a zo tost ouzh penn traoñ al lostig, ar rev-tad a zo en nec’h al lostig. Ar bleunioù kistin n'o deus ket petalennou. Gwechoù ' zo ez eus eus ur rev nemeken war ar blantenn hag evit ar frouez e tleer kaout ar blantenn-dad hag ar blantenn-vamm tost an eil ouzh eben. An dra-mañ a zo gwir evit ar c'hiwi.

Livioù ar bokedoù

Bokedoù al louzawourien n'int ket holl anezho brav. Bez 'zo reoù bras ha reoù bihan. Ar re a zo livet bravig, gwenn, melen, ruz, glaz, mouk, roz, glaz-du (an tulipennoù du), oranjez, limestra. Holl livioù ar ganevedenn. Bez ' zo ar re c'hlaz-gwer, heñvel-liv ouzh hini ar plant, blichoù an derv, blichoù al linad, bleunioù ar geot ( plantoù gant greun), hag all ... Bokedoù ar gwez pin ha sapin a zo diouzh ur patrom all. Ar bokedoù a zo staget ouzh kern. Bez ' zo kern-tad a vez melen pa vezont azv, ha kern-mamm a vez glas, ha treiñ a reont da liv gell pa vezont azv. Diglozañ a ra ar c'hern evit leuskel ar greun da gouezhañ. Pep greunenn a zo un askell dezhi ha mont a ra da hadañ pell diouzh ar wezenn m'eo bet ganet enni. Gwez pin ha sapin a vez graet anezho e galleg "conifères". Lavarout a rafen e brezhoneg "pikernegoù".

Bokedoù evit an ilizoù

Sul ar bleunioù. Disul diwezhañ e oa bet sul ar bleunioù evit ar Frañsizien, " dimanche des rameaux". Met n'eo ket ar memes anv e brezhoneg. Mod all e vefe lavaret "sul ar skourigoù". D'ar sul-se e vez beniget en ilizoù bodoù lore pe beuz. Plantoù bet degaset gant ar Romaned. Met alies lore ha beuz n'o devez ket bleunioù da vare Pask. Me ' soñj din ez eo gouel ar bleunioù koshoc'h eget hini ar Romaned. Gouel an nevezamzer e oa evit ar Gelted.

Bokedoù miz Mae

Triwec'h eo Mari, en oad da zimeziñ. Matezh eo e ti Kortin Kerbiquet ha Mari-Jan Goulard abaoe tri bloaz 'zo. Mintin devezh kentañ miz Mae e oa Mari deuet e-maez he zi evit mont d'ar c'hraoù da c'horo ar saout. Savet he doa he fenn ha gwelet he doa, war-dro dek metr diwar douar ar porzh, ur mell brank derv, staget gant ur gordenn tro-dro d'ar siminal. Bokedoù Mae e oa. Gwechall, pa veze merc'hed yaouank a-oad da zimeziñ e-barzh un ti, e rae paotred ar vro ar farsadenn da lakaat ur brank bras gant delioù an uhelañ ar gwellañ, e-giz amañ staget war ar siminal.

Perak eo brav ar bokedoù, ha c'hwez vat ganto ?

Ar rozoù a zo brav ha livet brav, c'hwez vat ganto. N'int ket brav evit an dud nemetken. Alies-mat, el liorzh, e weler ur vourboutenn pe ur wenanenn pozet war ur rozenn, o tiskrapat e-touez petalennoù-kreiz ar bokedoù,  he fenn a-raok en traoñ.  Mar sellit mat a-dost e welot anezhon pe anezhi o lipat gant he zeod traoñ ar vleunienn evit evañ ar pezh a vez anvet nektar. Gwechoù ' zo  e welit anezhon pe anezhi o kribañ an entaminoù gant he zaou bav a-dreñv evit ober div voulad a bollen, unan war pep pav a-dreñv. Goude e kas ar gwenan an nektar hag ar pollen d'ar goloennoù evit ober mel.

Ur vourboutenn du o tiskrapat e-touez petalennoù-kreiz ar bokedoù,  he fenn a-raok en traoñ

Un bourdon noir se trémoussant parmi les pétales centraux, sa tête en bas.

Ici il s’agit d’une fleur de campanule, la grande extension des stigmates oblige l’insecte à y frotter ses pattes et le dessous de son corps quand il rentre dans la fleur, ceci favorise le dépôt du pollen provenant d’une autre fleur et la fécondation croisée, d’autant plus que les étamines et les stigmates ne sont pas mûrs en même temps dans la fleur.

Da betra e servij ar gwenan evit ar bokedoù ? En ur ziskrapat e-barzh ar bokedoù e stag ar pollen ouzh o c'hein ha pa teuont er-maez eus ar bokedoù ez a ar stigmatoù ( lodenn eus rev-mamm a servij da gas pollen betek ar vigellig evit frouezhusaat). Ar bokedoù a gemer harp ouzh al loened evit frouezhusaat a zo alies livet brav evit bezañ gwelet. An dud ne welont ket an holl livioù. Met ar gwenan hag a frouezhusa ar bokedoù a wel livioù evel al liv dreistmouk. War ar petalennoù zoken ez eus roudennoù livet e dreistmouk a gas d'al lec'h ma kaver an nektar e-barzh ar vleunienn. Un tammig e-giz ar balizennoù war ribl roudennoù douarañ evit ar c'hirri-nij. Lod eus ar bokedoù a zo graet evit stagañ pollen war gein ar gwenan pa 'z eont e-barzh ar vleunienn hag evit lakaat ar pollen war ar stigmatoù pa 'z eont er-maez. Ar saoj a zo bokedoù mod-se. Bez ' zo e-barzh bokedoù saoj war ar entaminoù ul loc'henn, ha pa ' z a ar wenanenn da glask an nektar e bount war al loc'henn-se. Plegañ a ra da neuze an entaminoù az a da harpañ war gein ar wenanenn, hag an dra-mañ a ziskarg ar pollen e-touez ar blev haga zo war he c'hein. Kromm eo ar pistilh ha rediañ a ra ar wenanenn da frotañ he c'hein war an daou stigmat evit stagañ ar pollen outo.

A-bep seurt loened a frouezhusa bokedoù: gwenan, bourbuted, c'hwiled, met lod eus al lapoused ivez, lapoused bihan evel ar c'holibri anvet lapous-kelien, eskel-kroc'hen, hag an dud zoken evit ar vanilhez. Hogen, alies mat e vez frouezhusaet ar bokedoù gant an avel. Pa vez azv ar bleunioù gant pollen e leuskont ar pollen da gouezhañ, ha kaset e vez gant an avel pell war bokedoù-mamm. Alies e vez glas-gwer ar bleunioù frouezhusaet gant an avel. Mod-se emañ gant ar gwez pin ha sapin, an derv, an ed (gwinizh, segal, heiz, kerc'h), maiz, geot, hag all ... Ar gwinizh du o deus bokedoù gwenn hag a zo frouezhusaet gant gwenan.

Ne c'heller ket lavarout evel ma lavar tud ' zo " hep gwenan, buhez ebet war an douar". Tu 'zo da gaout greun ed hep gwenan, hag an avaloù-douar n'o deus ket ezhomm a vokedoù evit ober avaloù-douar nevez. Mar bez maiz, riz hag avaloù-douar e vez trawalc'h da vevañ.

Evit erruout e-giz ur boked

Evit klozañ e c'heller lavarout ar bokedoù a zo brav ha c'hwez vat a zo ganto evit bezañ frouezhusaet gant al loened. Bokedoù miozotis a zo "forget me not" evit ar Saozon, "n'am ankouait ket", ha "daoulagad ar Werc'hez" evit ar Vreizhiz. Sur eo he deus daoulagad glas ar Werc'hez. "Compter fleurette ou fleureter", flirt evit ar Saozon. Bokedoù-heol, "Chrysantemum leucantemum",  petalenn war-lerc'h petalenn: " hi a gar me, un tammig, kalz, gant birvidigezh, tamm ebet". Evit erruout e-giz ur boked.

---------------------------------------

<<>>

LES FLEURS, POURQUOI SENTENT-ELLES BON ?

Fleur du poète

"Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au Soleil, A point perdu ceste vesprée Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil." Pierre Ronsard.

Fleur du botaniste

La fleur de coucou, nom botanique « Lichnis flos coculi », s’épanouit parmi l’herbe des prés fin mai début juin, ses pétales sont fins et longs de couleur rose. La primevère, on la trouve sur les talus côté est, au début mars. Il y en a deux sortes. Une sur les sols acides comme en Bretagne, chaque fleur à son pédoncule. Son nom botanique est  "Primula vulgaris". Une autre, sur sol calcaire comme autour de Paris. Son nom botanique est "Primula officinalis ", "officinalis": pour dire qu’elle sert pour fabriquer des médicaments. Cinq ou six fleurs sont attachées  chacune par son pédoncule, sur un même pédoncule plus grand, ensemble appelé inflorescence1. Les fleurs de carotte, de noisette de terre, pissenlit, ont ainsi de nombreuses fleurs attachées sur le même pédoncule. Elles sont semblables à une fleur unique qu’on appelle inflorescence. "Primula officinalis" est visible sur les banquettes des routes un peu après Laval jusqu’à Paris depuis le mois de mars jusqu’au mois de mai.

1 Que je nomme “ bokedheñveladenn”= inflorescence, probablement un néologisme en breton.

Les chatons

Les chatons (de nombreuses fleurs sur le même pédoncule). Le châtaignier a des fleurs sur des chatons, nommé "tabac de gamins", "butun ar marmouzed" en breton. Mais on trouve des chatons sur de nombreux arbres, noisetier, bouleau, noyer, saule, etc. Il y a des fleurs qui ont les deux sexes. Elles ont le mâle (les étamines), et la femelle (ovaire). Il y a des fleurs d’un seul sexe qui sont mâle ou femelle. Parfois les deux sexes sont sur la même plante. Pour les chatons de châtaignier, les deux sortes de sexes sont sur le même chaton. Le sexe femelle est au bas du pédoncule, le sexe mâle est sur le haut du pédoncule. Les fleurs de châtaignier n’ont pas des pétales. Parfois il n’y a qu’un seul sexe par plante et pour les fruits il faut trouver une plante mâle et une plante femelle près l’une de l’autre. Ceci est vrai pour le kiwi.

La couleur des fleurs

Les fleurs des botanistes ne sont pas toutes belles. Il y en a de grandes, il y en a de petites, il y a celles joliment colorées, blanches, jaunes, rouges, bleues, violettes, roses, bleu-noires (tulipe noire), orange, pourpre. Toutes les couleurs de l’arc en ciel. Il y a celles de couleur verte, la même couleur que la plante, les chatons de chêne, les chatons des orties, les fleurs des herbes (graminées), etc.

La fleur de pin et de sapin sont d’un autre modèle. Les fleurs sont sur des cônes. Il y a des cônes mâles couleur jaune quand ils sont mûrs, et des cônes femelles, couleur verte et qui deviennent couleur châtain quand ils sont murs. Le cône s’ouvre pour laisser tomber les graines, chaque graine a une aile et va se semer loin de l’arbre où elle est née. Pin et sapin sont appelés en français conifères.

Fleur pour l’église

Dimanche des rameaux. On dit "sul ar bleunioù" en breton, "dimanche des fleurs", et "dimanche des rameaux" en français. Ce n’est pas le même nom en breton, sinon on dirait en breton "sul ar skourigoù". Ce dimanche-là sont bénis, dans les églises, des rameaux de laurier ou de buis. Deux plantes apportées par les Romains. Mais souvent le laurier et le buis n’ont pas de fleur à l’époque de Pâques.  Je pense que la fête des fleurs est plus vieille que la fête romaine. Elle était une fête de printemps pour les Celtes.

 Fleur de mai

Marie a dix-huit ans, âge pour se marier. Elle est servante chez Kortin Kerbiquet et Marie-Jane Goulard depuis 3 ans. Le matin du premier jour de mai, Marie est sortie de la maison pour aller à la crèche traire les vaches. Elle a levé la tête et a vu sur la cheminée, à environ dix mètre du sol de la cour, une énorme branche de chêne attachée avec une corde autour de la cheminée. Fleur de mai! Autrefois, quand il y avait une  jeune fille en âge de se marier dans une maison, les jeunes hommes du pays faisaient la farce d’attacher une grande branche avec ses feuilles, le plus haut possible, comme ici attachée à la cheminée.

Remarque : il est intéressant de remarquer que dans le catholicisme le mois de mai est aussi le mois de Marie, le mois de la Vierge, en breton Marie se dit Maï comme le nom du mois. Probablement cette tradition de la fleur de mai est-elle une tradition celtique préchrétienne pour fêter les vierges.

Pourquoi les fleurs sont-elles belles et sentent-elles bon?

Les roses sont belles, et joliment colorées. Elles ont de bonnes odeurs. Elles ne sont pas belles pour les hommes seulement. Souvent, dans le jardin, vous voyez un bourdon ou une abeille posé sur la rose, se trémoussant parmi les pétales centraux, sa tête en bas. Si vous regardez de près, vous le ou la verrez léchant avec sa langue le fond de la fleur pour ce qu’on appelle le nectar. Parfois vous le ou la voyez peignant les étamines avec ses deux pattes arrières pour faire deux boules de pollen, une sur chaque patte postérieure. Après l’abeille transporte le nectar et le pollen à la ruche pour fabriquer le miel.

A quoi servent les abeilles pour les fleurs ? En se trémoussant dans la fleur, le pollen s’attache à leur dos et quand elles sortent des fleurs, le pollen va sur les stigmates, ou en allant dans une autre fleur pour chercher du nectar ou du pollen, celui qui est sur son dos s’attache aux stigmates (parties du sexe femelle qui servent à diriger  le pollen jusqu’aux ovules pour les féconder). Les fleurs qui s’appuient sur les animaux pour la fécondation sont généralement joliment colorées pour être vues. Les humains ne voient pas toutes les couleurs, mais les abeilles qui fécondent les fleurs voient l'ultra-violet. Et Même, sur des pétales, il y a des rayures colorées en ultra-violet qui conduisent à l’endroit où on trouve le nectar dans la fleur, un peu comme les balises au bord de la piste pour les avions.

Sur la fleur du haut on voit les trois stigmates épanouis déployés supportés par une sorte de pédoncule placé dans le centre de l’ovaire en forme d’étoile à 5 branches. Autour de la base du pédoncule on observe les restes entortillés des 5 étamines flétries. Il s’agit d’une fleur pentaradiée 5 sépales 5 pétales 5 étamines, 5 carpelles à l’ovaire. Les grains de pollens germent sur les stigmates et les tubes polliniques passent par le pédoncule pour aller féconder les ovules dans l’ovaire. La fécondation des plantes à fleurs est un phénomène complexe.

Quelques fleurs sont faites pour accrocher le pollen sur le dos de l’abeille en entrant dans la fleur et pour le déposer sur les stigmates en sortant. La sauge a une fleur de ce type. Il y a dans la fleur de sauge un levier, et quand l’abeille va chercher le nectar, elle pousse sur ce levier qui fait plier les étamines qui viennent coller sur son dos et ceci décharge le pollen parmi les poils qui sont sur son dos. Le pistil est courbe et force l’abeille à frotter son dos sur les deux stigmates pour y déposer le pollen. Différentes sortes d’animaux fécondent les fleurs, les abeilles, les bourdons, des insectes, mais aussi quelques oiseaux, des petits oiseaux comme le colibri nommés oiseaux mouches, des chauves-souris, mêmes les humains pour la vanille. Mais souvent aussi les fleurs sont fécondées par le vent. Quand les fleurs à pollen sont mûres, elles laissent tomber le pollen et le vent l’emporte au loin sur la fleur femelle. Souvent les fleurs fécondées par le vent sont vertes. De ce type sont le pin, le sapin, le chêne, les céréales (blé, seigle, orge, avoine), maïs, herbes, etc. Le blé-noir a des fleurs blanches et est fécondé par les abeilles.

On ne peut pas dire comme quelques-uns le disent: "sans abeilles il n’y aurait pas moyen de vivre sur terre". On peut avoir des grains de céréales sans abeilles, et les pommes de terre n’ont pas besoin de fleurs pour faire des pommes de terre nouvelles. S’il y a des céréales du maïs du riz et des pommes de terre, il y a moyen de vivre.

Finir comme une fleur.

Pour conclure, on peut dire que la fleur est belle et sent bon pour être fécondée par les animaux. Le myosotis, "forget me not" pour les anglais, "ne m’oublier pas", se dit "daoulagad ar Werc'hez" en breton "les yeux de la Vierge". C’est sûr, la Vierge a des yeux bleus... "Conter fleurette ou fleureter", flirt pour les anglais. Marguerite, "Chrysantemum leucantemum", pétale après pétale: "Elle m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout" ...  Finir comme une fleur.

Textes en breton et français, photos Joseph LE DEROUT, correction du breton par EMILE GRANVILLE.