.

 

Marsel hag e vreur Visant a zo o c'hoariñ war ar puñs. Pep hini d'e dro a dreuz a-ramp war ar maen-ben lakaet evit gober un doenn d'an traouilh ma vez staget ar gordenn gantañ pe ar chadenn evit tennañ an dour.

Tri vloaz eo Marsel ha pemp vloaz Visant. An hini koshañ eo a zo o reiñ urzhioù. Kae ! Gasteo. Da dro eo. Aet eo Marsel a-ramp war ar maen-ben. Met start eo digeriñ e zivesker gant e sae kanab. E-pad ar bloavezhioù 1920 e veze c'hoazh gwisket ar vugale yaouank, merc'hed pe baotred, gant saeoù graet gant neud kanab. Hini Marsel a vez graet gant neud fin ha stank. Ha n'eo ket splann splann. Lous lugernus a-walc'h evit herzel an dour da dreuziñ al lien.

E-lec'h mont a-ramp war ar maen, emañ Marsel azezet warnañ, e dreid a-estribilh a-us an toull, hag evit treuziñ, emañ o ruzañ e revr war ar maen en ur hejal e dreid. Brañsigellat a ra a-raok ha a-dreñv en ur vont war-raok. Erruet eo e-kreiz ar maen. Re stouet eo a-raok ha kouezhet eo. Gant an avel e tigor e sae ha kouezhañ a ra en dour e dreid da gentañ. E sae digoret evel ur c'hloc'h a zalc'h anezhañ war c'horre an dour.

Aet e Visant da gerc'hat e vamm. Marsel a wel penn e vamm war barlenn ar puñs hag a lavar: " Mamm, deus d'am zapout !"  Aet eo Visant da c'houlenn sikour digant Fanch Piti. Digouezhet eo gant  ur c'hrog koad daou viz ha troad hir gantañ. Hennezh a servij evit kribañ goustelloù da herzel ar glav da c'hlebiañ plouz pe foen. Dav eo tapout Marsel dindan e zivrec'h, hep touchañ diwar e sae. Ma vo hemañ re rust, dic'hwezhañ a raio e sae, ha Marsel a vo beuzet. Marsel a lavar: " Mamm, deus d'am zapout enta !"  Deuet eo Fanch a-benn da baseal an daou viz eus e grog dindan skoazioù Marsel, ha digas a ra Marsel dousig, dousig, war bord ar puñs. Tapet eo gant e vamm war he brec'hoù. Gouelañ a reomp ken aon o deus bet.

E-lec'h mont a-ramp war ar maen, emañ Marsel azezet warnañ, e dreid a-estribilh a-us an toull

Marcel est tombé dans le puits

 

Marcel et son frère Vincent jouent sur le puits. Chacun traverse à son tour à califourchon sur la pierre de taille mise pour faire un toit au treuil, là où l'on attache la corde ou la chaîne pour puiser de l’eau.

Marcel a trois ans, Vincent à cinq ans. Le plus âgé commande. Va !! Gasteo (gros mot: "grosse putain"), c’est ton tour. Marcel est parti à califourchon sur la pierre de taille. Mais c’est difficile d’écarter les jambes avec sa robe de chanvre. Dans les années 1920 on habillait encore les jeunes enfants, filles ou garçons, avec des robes faites en fil de chanvre. Celle de Marcel est faite de fils fins et serrés. Et elle n’est pas nette-nette, sale luisante, assez pour empêcher l’eau de traverser le linge.

Au lieu de se mettre à cheval sur la pierre, Marcel est assis dessus, les deux pieds pendant sur le trou du puits, et pour traverser il traine son derrière en secouant ses pieds. Il oscille vers l’avant et vers l’arrière en avançant. Il est arrivé au milieu de la pierre, mais il s’est trop penché vers l’avant et il est tombé. Avec le vent sa robe s’est ouverte, et il est arrivé sur l’eau les pieds en premier. Sa robe ouverte comme une cloche le maintien sur l’eau.

Vincent est allé chercher sa mère. Marcel voit la tête de sa mère sur la margelle du puits et dit « Mère viens me prendre! ». Vincent est allé demander du secours à François Petit. Il est arrivé avec un croc en bois à deux doigts et à long manche. Celui qui sert pour peigner les meules pour empêcher l’eau de pluie de mouiller la paille ou le foin. Il faut prendre Marcel sous ses deux bras sans toucher la robe. S’il est trop brusque la robe dégonflerait, et Marcel serait noyé. Marcel dit « Mère vient me prendre donc ! ». François a réussi à passer les deux doigts de son croc sous les épaules de Marcel et il le fait monter doucement, doucement, sur le bord du puits. Sa mère le prend sur ses bras. Ils pleurent, ils ont eu tant de peur.

 

Histoire vraie écrite par Joseph LE DEROUT avec l’aide d’Emile Granville pour la correction du breton