Dornadeg : Kastel Buard war-dro 1900.

Les battages : Château de Buard aux alentours de 1900.

A-dreñv an dud hag a zo o labourat hag an ulc’henn ez eus daou vern bras ed. En tu dehoù, war ar bern, ez eus tud o teurel duilhoù d'an traoñ war al leur. Eus an tu dehoù betek an tu kleiz, eus ar penn kentañ da penn diwezhañ ar dornadeg, e weler kezeg staget ouzh ar manej evit treiñ un dornerezh vihan potin.

Daou zen, tokoù ha rochedoù gwenn ganto, unan da bep tu eus an daol, a zo o lakaat an ed a-dornadoù e-barzh an dornerezh. War an tu kleiz eus an eil varc’h e weler penn a-dreñv an dornerezh ma teu ar plouz, goude bezañ bet dornet, dioutañ.

War lec’h, pep un-an gant ur forc'h, paotred ha merc’hed, a zo o hejañ plouz evit lakaat greun da gouezhañ war al leur. An hini diwezhañ a zo oc'h ober bernoù plouz da vezañ kaset d'ar goloeg. Kalez tud a veze implijet e-pad an dornadeg. War-dro ugent den a vez war al leur

Derrière les gens qui travaillent et la poussière, il y a deux grands tas de cé-réales. Du côté droit, sur le tas, il y a des gens qui jettent les gerbes sur l’aire. Du côté droit jusqu’au côté gauche, du début à la fin du battage, vous voyez des che-vaux attachés à un manège pour tourner une petite batteuse en fonte.

Deux hommes avec des chapeaux et des chemises blanches, un de chaque côté de la table, sont en train de mettre dans la batteuse, poignée par poignée, la céréale. Sur le côté gauche du 2ème cheval, on voit l’arrière de la batteuse d’où sort, après battage, la paille.

Après chacun avec sa fourche, hommes et femmes, secoue la paille pour faire tomber les grains sur l’aire. Le dernier est en train de faire les tas de paille pour envoyer à la meule. Beaucoup de gens sont utilisés pendant le battage. Autour de vingt personnes sont sur l’aire.

Meilh gwenterezh.

Dre vare e vez daspugnet gant ro-zelloù ha skubelli bezv greun kouezhet dindan ar dornerezh war al leur, ha plouz hejet, lakaet e-barzh ur bern, ha diblouzet gant rastelloù kaod, ferc’hier.

Goude-se, ar greun gant pell a vez taolet e-barzh kern ar veilh gwenterezh. Troet e vez ar veilh gant un dornikell. An avel a gas an traoù skañv e giz pell pe plouzennou e-maez dirak ar veilh.

Ar greun a gouezh war tamisoù ar wenterezh ha dispartiet e vezont e-barzh penn a-dreñv ar meka-nik. Ar greun prob a vez daspugnet e-barzh sac’hadoù ha kaset d'ar solier.

Par moment, on arrête de battre et on ramasse, avec des raclettes de bois et des balais de bouleau, les grains tombés sur l’aire sous la batteuse et la paille secouée. Ils sont mis en tas dont on enlève la paille avec un râteau de bois et des fourches.

Après, le grain avec la balle est jeté dans la trémie du tarare. On tourne le tarare avec une manivelle. Le vent envoie les choses légères, comme la balle, les brins de paille dehors devant le tarare.

Le grain tombe sur les tamis et sort par l’arrière de la machine. Le grain nettoyé est ramassé dans des sacs et envoyé au grenier.

Daou zen a zo o tiskenn diwar ar bern ed gant ar skeul. War-dro ar veilh gwen-terezh en tu araok, war an tu dehoù, ez eus un den o treiñ ar veilh. War an tu kleiz, un tok braz gantañ, ez eus un den o poulzañ ar greun e-barzh ar gern.

War tu araok ar veilh e weler ulc’henn ha pell o tont e-maez eus ar mekanik.

Gwechall, a-raok ar marc’h du, e veze graet gant ar manej evit lakaat da dreiñ a-bep seurt mekanikoù . Staget e veze ouzh ar manej eus unan da bevar varc’h, hervez an nerzh a veze ezhomm da gaout. Ar paotr kezeg a veze e kreiz ar manej. Rodoù dentek hag ur vrec’henn evit pep tro manej, ha d'an dornerezh da dreiñ alies ha fonnus

Deux personnes descendent du tas par une échelle. Autour du tarare, devant, sur le côté droit, il y a une personne qui tourne le moulin ou tarare, sur le côté gauche, avec un grand chapeau, un homme pousse le grain dans la trémie.

A l’avant du tarare, vous voyez la poussière et la balle sortant de la machine.

Autrefois avant la locomobile (machine à vapeur), pour faire tourner différentes machines, on utilisait le manège attelé de un à 4 chevaux suivant la puissance demandée. Le meneur de chevaux se tenait au centre du manège. Des roues dentées et un arbre, pour chaque tour du manège entrainait la batteuse qui tournait souvent et rapidement

Textes en breton et français de Joseph LE DEROUT

Le breton est corrigé par Emile GRANVILLE

Documents et photos de battages sont fournis par Madame OUVEA