IN MEMORIAM

René lors d’une visite du Cercle d’histoire et d’archéologie de Ruffiac.

C'est le Cartulaire de l'abbaye de Redon qui rapprocha René Le Pallec (1926-2015) de notre association. Il est vrai que les possessions de cette ab-baye furent nombreuses dans cette immense paroisse primitive de Ruf-fiac. C'est dans ces lieux que René et son épouse Anne, à leur retraite(1987), firent l'acquisition d'une "maison noble avec métairie"(XVIIè ) le manoir de Balangeard..en triste état : 10 ans de rénovation et restauration pour l'essen-tiel, par eux-mêmes.

Moult facettes de la personne de R. Le Pallec, de ses engagements, grandement aidé de son épouse : tout d'abord, en dehors de son intelligence et de sa vaste culture il était un lin-guiste érudit, agrégé d'anglais. Ensei-gnant comme son épouse au lycée de Vendôme, c'est de cette région ligé-rienne que lui venait, selon ses dires, une passion pour les demeures histo-riques. La paléographie et la topony-mie bretonne et gallèse n'avaient guère de secret pour lui, recensant et locali-sant les possessions de l'abbaye, (dans un écrit de René que je viens de re-trouver les possessions de l'abbaye s'élevaient à 50).

Homme passionné de patrimoine, à cet effet, il créa en 2000 le Cercle d'Histoire et d'Archéologie de la région de Ruffiac, association regroupant de nombreux adhérents, amoureux de demeures historiques ou propriétaires (une vingtaine) de manoirs ou châteaux... que de vi-sites attrayantes, certains membres de l'APPHR s'en souviennent !

Son savoir comme ses con-seils s'étendaient de l’architecture, de l'histoire, de la généalogie jus-qu’au Droit (subventions Droit (subventions, inscriptions) et ses recommandations d’artisans locaux compétents …

René passe devant les différents stands d’exposition du Salon du Glad à Vannes.

Ici une photo de la statue de Sainte Apolline de la Chapelle Saint-Etienne de Guer.

En 1994, conjointement avec l'APPHR, fut créé Glad (en breton : patrimoine) regroupant quelques asso-ciations patrimoniales, souvent nais-santes, de la région, René en fut le pré-sident actif: expositions à Redon, La Gacilly, Allaire, Pleucadeuc, Vannes…

Il fut, enfin, un passeur, conseil-lant et accueillant de nombreux an-glais, futurs propriétaires dans la ré-gion sans omettre les visiteurs de leur propriété accueillis à toute époque de l'année.

De plus, les atteintes à l'environ-nement, et particulièrement à celui du patrimoine historique, photos à l'appui, l’agaçaient. Maires et Architectes des Bâtiments de France se souviennent sans doute de ses missives bien trem-pées à l'image de son tempérament..!

René Le Pallec, après quelques mois d'hospitalisation, est décédé au mois de juin 2015.

Son souvenir nous restera, lui le cher-cheur, le défenseur et le passeur de mé-moire et de patrimoine.

À son épouse Anne, efficiente collaboratrice et sa famille, l'APPHR présente ses très sincères condoléances.

Roger Tanguy

Eloge de Claude LEFEVRE

René était très convivial et c’est toujours, que ce soit chez lui à Balangeard ou au cours des visites avec le Cercle d’histoire et

d’archéologie de Ruffiac, qu’il nous proposait un pot de l’amitié pour clore l’événement.

Je connais René et Anne depuis 46 ans. René était alors professeur agrégé au lycée de Vendôme dans ma région natale. L’accueil dans leur fermette en Touraine fut à la fois simple et chaleureux. A cette époque ma culture était exclusi-vement scientifique.

René avec son intelligence et sa grande culture m’a ouvert à d’autres domaines et en particu-lier à l’art et à l’architecture.

J’ai pu tirer grand profit des nombreux voyages que nous avons fait ensemble en voiture à travers l’Europe (Grèce, Italie, Es-pagne, Portugal, Angleterre).

Lors du premier contact dans leur fermette en Touraine je fus très impressionné par ce qu’on pouvait obtenir sur le plan esthétique à partir d’une vielle maison, pour peu qu’on sache l’aménager et la meubler avec des meubles anciens. A partir de ce jour je n’ai plus eu envie de faire construire. De là s’origine mon goût pour le patrimoine.

Autre chose que je dois à Re-né et Anne, c’est de m’avoir per-mis de séjourner sur leur ter-rain à Locquemiquel près de la mer et de pouvoir ainsi m’adonner à la navigation dans le golfe du Morbihan.

Nommé en Bretagne j’ai eu l’occasion de renouer avec eux.

René au travail chez lui devant sa bibliothèque à Balangeard.

Ils me firent alors connaître leur nouvelle demeure à Balangeard, ainsi que le manoir de la Touche Carné que j’ai restauré. Ils m’ont accueilli dans l’association qu’ils ont fondée et longtemps animée, où j’ai eu

l’occasion de me faire des amis.

Que René soit remercié pour tout ce que je lui dois, ainsi que Anne dont je compatis à la peine.

Claude Lefèvre

Universitaire