Vue de la façade nord du château.

Le château de Brissac se trouve à Brissac-Quincé, dans le département de Maine-et-Loire, à quinze kilomètres d'Angers. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 3 novembre 1958.

C'est à l'origine un château-fort construit par Foulques Nerra, comte d'Anjou, au XIe siècle.

Le château est acquis en 1435 et reconstruit en 1455 par Pierre de Brézé, un riche ministre de Charles VII. A sa mort il passe aux mains de son fils Jacques, trompé il tue sa femme (la fille de Charles VII et d’Agnès Sorel) ce qui fait naître la légende de la Dame Blanche qui viendrait hanter la demeure les nuits d’orage.

Pendant le règne de François Ier (1515 à 1547), la propriété est achetée en 1502 par René de Cossé que le roi nomme gouverneur du Maine et de l'Anjou. Le château entre ainsi dans la famille des Cossé qui adopte alors le nom de Brissac.

Pendant les guerres de religions Charles de Cossé (petit-fils de René) prend le parti de la Ligue et le château est assiégé par le roi Henri IV.

Le château de Brissac est un mélange de médiéval et de parties plus récentes. Le grand père de l’actuel propriétaire usait d’une formule pour résumer l’histoire de son château, il disait " Brissac est un château neuf à demi-construit dans un château vieux à demi-détruit".

Après son ralliement au roi en 1594, il retrouve en 1606 son château gravement endommagé, et obtient le titre de maréchal de France, ainsi que celui de duc de Brissac en 1611. La forteresse étant tout près d'être démolie, elle est reconstruite sous la conduite de l'architecte Jacques Corbineau qui en fait un édifice grandiose.

Son architecture en fait le château le plus haut de France, il compte sept étages au total, ainsi que deux-cents salles, et sa façade traduit les influences baroques de l'époque.

En août 1620, une entrevue de conciliation a lieu à Brissac en « terrain neutre » entre Louis XIII et sa mère Marie de Médicis.

Les Cossé-Brissac conservent le château jusqu'en 1792 ; lors de la Révolution, l'édifice est réquisitionné et transformé en cantonnement pour les « Bleus » de Vendée. Mis à sac par les révolutionnaires. Les Cossé-Brissac  récupèrent leur château après la révolution mais ils ne débutent sa restauration qu’en 1844. Le château est aujourd’hui encore la propriété de cette famille.

Sur la proposition de son propriétaire le comte de Brissac le château de Brissac a    servi pendant la guerre de 1939-1945 de lieu de préservation des œuvres d’art de monuments et musées de la région parisienne. Ainsi y ont été conservés jusqu’en 1946 le mobilier de Versailles, des œuvres d’art de l’Elysée du Sénat, etc. (le château était en zone libre).

 

L’ILE DE BEHUARD.

Il s’agit d’une île de la Loire située au sud-ouest en aval d’Angers. Elle mesure à vol d’oiseau une longueur de 7,5 km de long pour une largeur moyenne de 0,6 km ceux qui lui donne une surface entre 4,5 à 5 km2 ou 450 ha à 500 ha. L’île est placée entre le bras principal de la Loire au sud et le bras secondaire appelé la Guillemette. Le pont qui franchit la Loire de la rive sud vers Savennières passe au tiers sud-ouest  de l’île. Le village de Béhuard se trouve à peu près au centre de l’île.

La géologie : au centre de l’île se trouve un rocher qui atteint une altitude de 15 mètres ce rocher sur lequel est construit l’église est formé de grès du primaire, Angers se trouve à la limite est du massif armoricain et du Bassin parisien formé de roches du secondaire et du tertiaire, il faut savoir que la Loire jusqu’à la fin du tertiaire était un affluent de la Seine.  La partie des affluents de la Loire sous Angers se jetaient déjà dans un lit commun qui se déversait dans l’Océan Atlantique. Le rocher de Béhuard placé au milieu du fleuve arrêtait les alluvions qui se déposaient devant lui et derrière lui formant ainsi plusieurs îles qui ont fini par se rassembler en une île unique.

L’histoire.

Dès le début de notre ère s’est développé sur l’île autour du rocher qui constituait un refuge lors des crues un sanctuaire dédié à la déesse mère. Plus tard au Vème siècle Saint Maurille évêque d’Angers l’a évangélisée. Au XIe siècle, le chevalier Buhard d’origine bretonne reçoit en fief les terres du Comte d'Anjou, Geoffroy Martel, en remerciement de ses services (y a-t-il une relation entre la famille de ce Buhard et le château de Buard de Redon ? cette question peut être posée d’autant plus que Louis XI qui a une grande importance dans l’histoire de l’île aurait séjourné au château de Buard lors de sa venue à Redon). A sa mort il l’offre à l’Abbaye d’Angers en souvenir de ce don l’île prit son nom : Buhard  qui se transforma en Béhuard.

L’église de Béhuart est construite sur le rocher le sanctuaire se  trouve à l’étage et comporte deux nefs perpendiculaires le rocher est apparent  à l’intérieur dans la partie est de l’église.

Importance de Louis XI dans l’histoire de l’île, sur l’île de Béhuard la chapelle est dédiée à Notre Dame de Béhuard qui protége  des périls des eaux. Il s’y déroulait un pèlerinage local, mais d’une importance limitée. Louis XI par son éducation religieuse  vouait un culte à Notre-Dame de Béhuard (la mère de Louis XI est Marie d’Anjou le château de famille se trouve à Angers, et Angers est proche de Béhuard. A l’époque les rois de France avaient des demeures dans le Val de Loire, ainsi Louis XI fit du château d’Amboise une demeure royale). Louis XI à deux reprises aurait obtenu une aide de Notre Dame de Béhuart. Ainsi il lui a demandé son aide quand il a été en péril, son  embarcation ayant chaviré lors de la traversée de la Charente, sa demande a été exaucée, l’embarcation a été sauvée ainsi que les passagers. Il lui a aussi demandé de lui donner un fils et quelques mois plus tard son vœu était satisfait. En remerciement Louis XI donne l’ordre de construire une nouvelle chapelle en 1469, il surveille lui-même les travaux en habitant la maison du roi sur l’île. C’est à la suite que le pèlerinage prend une importance nationale. De nos jours encore, des milliers de pèlerins viennent à Béhuard pour les fêtes de l’Assomption.

La tribune et la nef nord sud. 

A l’intérieur de l’église une plaque rappelle les recommandations du roi Charles VIII (1er mari d’Anne de Bretagne) de dire des messes à la mémoire de son père Louis XI. (détails ci-dessous)

L’école des Petits Clercs a été fondée en 1918 par l’abbé Grangereau, située dans une maison du village, à côté de l’actuelle Maison Diocésaine. L’école préparait au séminaire des enfants orphelins suite à la guerre ou les réfugiés de familles pauvres, elle a été fermée en 1952

Le calvaire.

Le Calvaire

Le calvaire de Béhuard a été construit après la première guerre mondiale comme un « monument du souvenir, à la mémoire de tous nos héros de la région, tombés dans la dernière guerre ».

Le monument comprend trois chapelles :

- une chapelle centrale avec dans une fenêtre ogivale de style flamboyant, un vitrail représentant le Christ en croix, avec l’inscription « AUX SOLDATS MORTS POUR LA PATRIE » et en clef de voûte les armes de Pie XI, pape de 1922 à 1939.

La pierre d’ardoise de la place de l’église avec les niveaux de crues de la Loire.la plus haute en 1910 avec 7 mètres.

Une île inondable Le fleuve est omniprésent à Béhuard. On le voit partout et les crues, fréquentes de décembre à mai, peuvent envahir l'île. A l'entrée du bourg et sur la place de l'église, deux pierres d'ardoise, sur lesquelles sont gravées les côtes des grandes crues de 1904 à nos jours, illustrées par des photos sur des plaques de grès, elles témoignent des caprices du fleuve.

Ci-dessous la plaque indiquant les messes pour le repos du roi Louis XI.

Le roy Charles VIII voulant accomplir les attentions et intentions de feu roy Loys son père dès le mois d’octobre l’an M IIIIc IIIIxx III 1483 a donc baillé et…(suite au verso) le texte écrit en vieux français est compréhensible mais quelques mots sont difficilement lisibles.

Le texte :

Le roy Charles VIII voulant accomplir les bonnes attentions  et intentions de feu le Roy Loys son père dès le moys d’octobre l’an M IIIIc IIIIxx III a donné baillé délaissé et ordonné à cette chapelle S « la béni fict apptenu de veues qui  par le dict feu roy Loys son peir avoit este  acquise et fust faict expédier ses grés en forme de chartre par la vification desquelles les gens des conptés avis ont ordonné estre dict et célébré en ladicte chapelle p le curé duq lieu  de veuée ou  atitrés dep luy le suivi qui seront  cest attention trois messes basses par chaque septunj de l’an pour l’âme dud feu Roy Loys l’une au dymanche l’autre au sabmedi, et la tierce messe sur sepmaine et à chacune del  dict messe avant le lavabo dire « dug » dépfondis avec les oraisons. A consfiance  estre dict pdefunctis en faisant prière et commémoration diceluy feu roy Loys qui tel don et augmentant afaict à  la ladicte chapelle, et oultre à chacune  des festes célébrations de notre dame qui sont  la conception, nativité, annonciation, purification et assomption notre dame dire et célébrer ou faire dire et célébrer en icelle chapelle messe solepnelle a note diacre et soubdiacre avec matines et vespres et faire « pèlerinage » et commémoration  pour  led feu Roy Loys et aultres Roy de France et aussi dire et célébrer chaque an en ladicte chapelle messe haulte adiacre et subsdiacre vigilles et Recommandations pro défunctis le XXIXème jour d’aoust  qui est le jour que ledict feu Roy Loys alla de vie atrespas et avant lesdit messes et suite donner de faire sonner et tinter les cloches deladicte chapelle à l’heure de huit heures du matin ausquelles charges et suite faire continuer et accomplir perpétuellement le curé de dcure et son temporel sont tenus et obligés.

Le roy Charles VIII voulant accomplir les bonnes attentions  et intentions de feu le Roy Loys son père dès le moys d’octobre l’an M IIIIc IIIIxx III a donné baillé délaissé et ordonné à cette chapelle S « la béni fict apptenu de veues qui  par le dict feu roy Loys son peir avoit este  acquise et fust faict expédier ses grés en forme de chartre par la vification desquelles les gens des conptés avis ont ordonné estre dict et célébré en ladicte chapelle p le curé duq lieu  de veuée ou  atitrés dep luy le suivi qui seront  cest attention trois messes basses par chaque septunj de l’an pour l’âme dud feu Roy Loys l’une au dymanche l’autre au sabmedi, et la tierce messe sur sepmaine et à chacune del  dict messe avant le lavabo dire « dug » dépfondis avec les oraisons. A consfiance  estre dict pdefunctis en faisant prière et commémoration diceluy feu roy Loys qui tel don et augmentant afaict à  la ladicte chapelle et oultre à chacune  des festes célébrations de notre dame qui sont  la conception, nativité, annonciation , purification et assomption notre dame dire et célébrer ou faire dire et célébrer en icelle chapelle messe solepnelle a note diacre et soubdiacre avec matines et vespres et faire « pèlerinage » et commémoration  pour  led feu Roy Loys et aultres Roy de France et aussi dire et célébrer chacun an en ladicte chapelle messe haulte adiacre et subsdiacre vigilles et Recommandations pro défunctis le XXIXème jour d’aoust  qui est le jour que ledict feu Roy Loys alla de vie atrespas et avant lesdit messes et suite donner de faire sonner et tinter les cloches deladicte chapelle à l’heure de huit heures du matin ausquelles charges et suite faire continuer et accomplir perpétuellement le curé de dcure et son temporel sont tenus et obligés.                    Les mots soulignés sont incertains.