VISITE DE LA CENTRALE THERMIQUE DE CORDEMAIS 44

Jeudi 20 mars 2014

1 - L’ARRIVÉE SUR LE SITE

·         A 14 heures précises, le car arrive de Redon avec 60 personnes de l’A.P.P.H.R. avides de mieux connaitre ce monstre qu’on appelle « Centrale Thermique à flamme ».

·         Le groupe est pris en charge par deux hôtesses qui vont nous expliquer dans le grand hall d’entrée les différentes technologies de production d’électricité en France. Avant de nous détailler la Centrale de CORDEMAIS au 2è étage.

·         C’est en 2009 que le Centre d’Information du Public (C.I.P.) a été inauguré.

·         Ce lieu ludique et pédagogique permet aux visiteurs de découvrir les moyens de production d’électricité et de fonctionnement de la Centrale.

·         Les explications sont présentées sous forme de grands panneaux bleus.

2 - PRÉSENTATION DES DIFFÉRENTES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION D’ÉLECTRICITÉ

·         La production d’électricité est essentiellement assurée par les CENTRALES NUCLÉAIRES à plus de 85% et assurent en continu l’essentiel de la production électrique française. Elles  ne sont pas modulables sauf en cas exceptionnel de maintenance ou de réparation.

·         Les CENTRALES HYDRAULIQUES constituées par les retenues (lacs) et les rivières (fil de l’eau) représentent 7 à 8% de la production. Seules les Centrales Hydrauliques de retenues sont modulables.

·         Les CENTRALES THERMIQUES qui représentent seulement 3 à 4% fonctionnent essentiellement l’hiver lorsque la demande en électricité augmente. Les Centrales Thermiques à flamme sont constituées de tranches au charbon ou au fioul, comme la Centrale de Cordemais et de turbines à gaz.

·         Les ENERGIES RENOUVELABLES (Eoliennes, photovoltaïque, etc.…) sont encore négligeables de l’ordre de 1%. Elles ne délivrent leurs pleines puissances qu’à moins de 20% de leurs temps de fonctionnement.

-       (absence de vent pour les éoliennes)

-       (durée de la nuit pour les photovoltaïques)

·         De plus, ces énergies renouvelables pour subvenir à la consommation totale annuelle d’électricité en France, en remplacement des Centrales Nucléaires et Thermiques, devront avoir une emprise au sol très importante (plusieurs milliers de km²) voir plusieurs millions de km²) si on intègre le biodiésel et la géothermie … !

·         Les énergies marines renouvelables dont l’éolien offshore, la houle, l’énergie thermique des mers ne sont pas encore à un niveau mature mais nous sommes au début de grands projets lancés par la France pour établir des champs « hydroliens » au large de ses côtes.

·         La production totale nationale d’électricité en France est de

500 TWh (*)

* Le térawatheure (TWh) correspond à  milliard de KWh

·         Cette production est assurée par

§    19 centrales nucléaires

§  435 centrales hydrauliques

§    20 centrales thermiques

3 - LA CENTRALE THERMIQUE DE CORDEMAIS

3.1 Historique

·         La première tranche alimentée en fioul a été construite de 1967 à 1970. Elle avait une puissance de 600 Mw. (M = Méga vaut un million de Watts).

Elle a été arrêtée en 1996 et elle est actuellement en cours de déconstruction.

·         Les tranches suivantes programmées dès 1972 sont mises en service entre 1976 et 2007 sont constituées de

           2 tranches au charbon de 600 Mw = 1200 Mw

           2 tranches au fioul de 700 Mw = 1400 Mw

Soit un total de 2600 Mw

Ce qui fait de Cordemais la première centrale thermique de France.

·         Des installations de dépollution sont ensuite mises en place pour diminuer l’impact sur l’environnement.

·         Les fumées sont envoyées vers 3 types de traitement.

·        

1.      DEPOUSSIERAGE : débarrasser les fumées de particules volantes

2.      DENITRIFICATION : Réduire les oxydes d’azote dans les fumées

3.      DESULFURATION : débarrasser les fumées des particules de soufre.

4.     

·         Les cendres volantes récupérées servent pour la fabrication du ciment et du béton ainsi que le gypse provenant de la désulfuration pour la fabrication du plâtre.

3.2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA CENTRALE

La Centrale Thermique à flamme de Cordemais utilise du charbon ou du fioul qui brule dans une chaudière tapissée de tubes à l’intérieur desquels circule l’eau qui se vaporise instantanément. La vapeur est envoyée sous pression (174 bars) vers les turbines qui entrainent un alternateur qui produit de l’électricité à une tension de 20 000 volts.

L’électricité est ensuite injectée sur le réseau après avoir été portée à 225 000 volts ou à 400 000 volts à l’aide d’un transformateur.

3.3 PANORAMA DE LA CENTRALE

Une vaste terrasse (où les membres de l’A.P.P.H.R. ont été pris en photo) permet une vision panoramique de la centrale.

En partant de la droite face à la centrale nous apercevons.

- le parc à charbon avec la roue pelle

- le parc à fioul

- la Centrale à charbon (composée de deux très hauts bâtiments blancs)

- la Centrale au fioul plus petite

- les équipements annexes :

                 Transformateurs

                 Désulfuration

                 Dénitrification

3.4 VISITE DE LA CENTRALE

Beaucoup de personnes ont regretté de ne pouvoir pénétrer à l’intérieur de la Centrale Thermique pour voir concrètement son fonctionnement.

Ce désir était compréhensible mais la Centrale fonctionnait et le niveau sonore était très élevé (90 décibels).

Il aurait fallu, porter un casque et des oreillettes… !  Les normes de sécurité sont de plus en plus sévères.

Yvan MAUGENDRE

Ci-dessous le réservoir de fioul lourd et derrière en noir le champs de charbon dominé par les flèches des machines convoyeuses.