PATRIMOINE INDUSTRIEL DE REDON

Nous trouvons dans la Région de Redon des traces anciennes d'industries ou d'artisanat médiéval, Un four à poterie médiéval à Saint Jean la Poterie (fouilles du CERAM avril 2004), dans les archives il est aussi mentionné la fabrique de vitraux à Redon de la cathédrale de Dol .

Les atouts du développement industriel de REDON

Au milieu du XIX ème siècle REDON est une petite ville de 6000 habitants qui possède de nombreux atouts :

Canal de NANTES à BREST terminé en 1842, la Vilaine prolongée par le canal d’Ille et Rancequi relie l’Atlantique à la Manche.

Image 1, Image2

-Enfin la gare inaugurée en 1862 est le point de jonction du réseau de l’ouest et du réseau d’ORLEANS.

Image 1, Image 2, Image 3

-Le Bassin à flot inauguré en 1855 facilite l’accès de grands voiliers venant directement de haute mer avec un tirant d’eau de 3 mètres en période de morte eau. Les bateaux accostent directement dans REDON.

Image 1, Image 2

Cette photographie illustre à elle seule toutes les potentialités industrielles et commerciales de Redon.

Ceci fait de REDON un emplacement de choix pour recevoir les matières premières : le fer , la fonte, le charbon, le bois à un coût avantageux.

En fin atout important un bassin de main d'oeuvre nombreuse, liée à de petites exploitations agricoles dont les revenus ne suffisent pas à subvenir complètement aux besoins des familles.

Le développement industriel de REDON du XIX ème siècle ne s'est pas fait dans un désert. Les chantiers navals, dont l’activité décroissait lentement, étaient renommés, de plus, la construction de petit matériel agricole, tels les manèges à chevaux et à boeufs, avait fait connaître depuis le début du siècle REDON en BRETAGNE et dans les régions proches.

REDON vu par René PLEVEN.Ancien président du conseil

« L’AVENIR DE LA BRETAGNE » 1961 CALMAN- LEVY

LES ACTIVITES REDONNAISES DANS LES ANNEES 1960.

**************

En 1960 Redon a 8000 habitants et ses établissements industriels, très diversifiés emploient 2600 ouvriers. Redon est devenue une ville poly – industrie dont l’activité fort bien équilibrée est répartie en plusieurs groupes :

Mécanique (fonderie de fonte spéciale, machines agricoles, électricité, mécanique de précision occupant 1350 ouvriers et ouvrières )

Bois (caisserie, parqueterie, ébénisterie, menuiserie navale)

Industrie alimentaire et chimico-alimentaire (entrepôt frigorifique, viande, beurrerie, distillerie, pectine).

Bâtiment et industries diverses (plastique soudé, confection de luxe pour enfants faïencerie)

Redon est à la pointe de l’expansion économique de la Bretagne. Le développement industriel a entraîné l’essor du commerce, la croissance et la multiplication des établissements d’enseignement publics et privés, elle conduit à l’amélioration de la modernisation agricole, les industries du lait et de la viande ayant imposé des normes qui ont encouragé la qualité, les artisans ont eux aussi largement bénéficié de l’activité générale.

REDON doit d’abord son expansion à l’abondance des réserves de main d’œuvre qu’elle a pu drainer. Parce qu’elle était au cœur d’une région agricole pauvre, les campagnes voisines ont fourni sans difficultés les hommes et les femmes nécessaires qui d’ailleurs pour la plupart pouvaient changer de profession sans avoir à abandonner leur domicile et même à renoncer à la culture de leur petite exploitation.

Mais surtout elle a eu cette chance : Redon a été choisie par deux industries entreprenantes. Celles de Briquets à gaz et de l’optique et mécanique de précision, qui s’étaient implantés à la fin des hostilités pour des raisons assez fortuites, ont prospéré à Redon et aussi attiré l’attention d’autres entreprises.

L’équilibre économique et social de la Bretagne serait mieux assuré par dix REDON que par le gonflement de Rennes de 200000 à 300 000.

LES BRETONS S’ATTACHENT ON NE LES ATTACHE JAMAIS.

Redon et le cataclysme industriel des années 1970 au début des années 1980.

sur une durée durée d'environ 15 années.

C'est à partir d'un dossier social réalisé par Mme De SONIS que nous pouvons prendre conscience de cette réalité une catastrophe économique pour la région de Redon, nous avons vécu dedans et subi les crises successives qui se sont produites d'année en année, mettant au chomage une tranche de plus en plus grande de la population active de la région de REDON et changeant complètement le visage industriel de la ville. Comme pour toute catastrophe Redon n'a pas échappé à cette époque à des charognards industriels (du moins ressentis comme tels par une part importante de la population).

Après une accalmie de près de 20 ans une nouvelle crise semble débuter pour notre ville:

Cf Faurecia, nous espèrons qu'elle n'affectera pas de trop notre patrimoine industriel, les industries, et le travail de la région.

Ainsi il n'y a plus:

D'industrie GARNIER image 1 image2

Plus de Briquets Flaminaire

Plus d'établissements Mottais.

Plus d'établissements SEBILLEAU.

Plus de Minoterie, image 2,

plus de Laiterie.

Plus de distillerie.

Cependant Redon n'est pas devenu un désert industriel des entreprises ont changé de main ou de nom (exemple serpi hier et Sérixel aujourd'hui) et de spécialités. Il reste encore sur Redon ou dans sa région quelques industries. Les briquets n'ont pas complètement disparus repris par Bic. Les fonderies existent toujours, ainsi que l'usine unipectine du début du siècle dernier devenue Degussa, depuis les années 80 la société Faurécia s'est développée et est devenue de plus en plus importante aujourd'hui elle s'est délocalisée, l'usine des plastiques Duval existe toujours.

En conclusion valeur patrimoniale des bâtiments industriels.

Les locaux industriels s'ils ne sont pas repris deviennent des friches, les bâtiments industriels des 100 dernières années sont essentiellemnt fonctionnels et il y a peu de place pour l'esthétique, les 20 à 30 dernières années ont encore accentué l'appauvrissement architectural de ces édifices les réduisant à des grand cubes de tôles qui enlaidissent l'entrée de nos villes. Pour terminer par une note optimiste, certains font

quelques efforts esthétiques.