SORTIE DU 11 JUIN 2011 EN VENDEE A LA CHABOTTERIE ET LA ROCHE SUR YON

LA CHABOTTERIE :

Le Logis de la Chabotterie a été construit sur les restes d’un château féodal au milieu du XVIème siècle.  C’est une construction typique du logis bas-poitevin, ensemble château et métairie organisé autour d’une  cour, carrée, fermée et fortifiée. Le Logis comprend la maison de maître, le logement du personnel et des bâtiments agricoles. Il est la propriété du Conseil Général de Vendée qui y organise des festivals de musique et différentes manifestations culturelles.

Ci-contre la partie gothique, la plus ancienne du logis avec des fenêtres à meneaux, elle est probablement de la fin du XVème siècle.

A droite, un haut pavillon d’angle à quatre niveaux est construit au début du XVIIème siècle, on y accède par une tour d’escalier fortifiée datée de 1611.
Au dessus de la porte d’accès le fronton porte un écu aux armoiries des Bourbon-Chabot.  (On peut penser que le nom de Chabotterie vient du nom de famille Chabot).

L’intérieur du Logis est du XVIIIème siècle et est meublé.

Le Logis comporte une chapelle construite au XIXème siècle, les vitraux y rappellent la présence de Charrette:

La messe clandestine dans la campagne.

Son entrée triomphale à Nantes le 27 février 1795

Son arrestation dans le bois de la Chabotterie le 23 mars 1796

Et son éxécution 6 jours plus tard place des agriculteurs à Nantes (actuellement place Viarme).

Adossé au musée on peut aussi voir un jardin clos.

Ci-contre : à  gauche de la tour d’angle, débutent les bâtiments recouverts de tuiles de la métairie, on remarquera les nombreux trous de boulin du pigeonnier, marque de puissance du seigneur du lieu.

LA ROCHE SUR YON.

D’abord appelée Napoléon Vendée, la ville a été construite pratiquement entièrement de novo par Napoléon Ier en 1804. Sur le site de la ville n’existait qu’un petit village dont restent encore quelques traces. Comme pour Pontivy notre Napoléonville de Bretagne, il s’agissait de construire dans le but de pacifier : en installant le pouvoir de la France dans le centre de la Bretagne d’une part et de la Vendée d’autre part, en contrôlant les révoltés de la chouannerie bretonne ou de la Vendée. (Ils  s’étaient soulevés quelques années plus tôt contre  la première République entraînant des guerres marquées par de nombreux massacres, on parle même de génocides).

Ci-dessus la maison renaissance de 1566 est le siège du Patrimoine Yonnais, à l’intérieur elle possède de belles cheminées et y sont exposées des maquettes d’engins volants dont ceux créés par René Couzinet.

Evidemment la ville a changé de nom sous la restauration et est devenue Bourbon Vendée. C’est ainsi qu’avec les changements de régime qui se sont produits de nombreuses fois en France au XIXème siècle, la ville a changé 8 fois de nom en 66 ans, record d’Europe.

La Roche-sur-Yon, avant 1804 ;

Napoléon, sous le Premier Empire ;

La Roche-sur-Yon, durant une quinzaine de jours en 1814 ;

Bourbon-Vendée, pendant la Restauration d'avril 1814 à avril 1815 ;

Napoléon, lors des Cent-Jours d'avril à juin 1815 ;

Bourbon-Vendée, pendant la Seconde Restauration et Monarchie de Juillet de juin 1815 à 1848 ;

Napoléon, pendant la Deuxième République de 1848 à 1852 ;

Napoléon-Vendée, durant le Second Empire de 1852 à 1870 ;

La Roche-sur-Yon, depuis 1870.

Comme Pontivy la Roche sur Yon est construite autour d’une grande place principale. Pontivy (Napoléonville), sur les bords du Blavet, occupe un carrefour stratégique entre le canal de Nantes à Brest et le Blavet navigable jusqu’à Lorient (le canal de Nantes à Brest était déjà en projet et sa construction débute sous Napoléon 1er). Une vue par satellite permet de voir que la Roche-sur Yon est circonscrite dans un pentagone de cinq avenues. Les deux villes napoléoniennes comportent de nombreux édifices à architecture caractéristique du XIXème siècle.  

Ci-contre la Préfecture de Vendée.

Les villes importantes non maritimes de Vendée susceptibles d’accueillir la Préfecture sont toutes excentrées. C’est aussi pour installer la Préfecture au centre du département que Napoléon a créé la ville en 1804.

La ville initiée sous le Premier Empire, sa construction s’est échelonnée sur les 200 ans de son existence jusqu’à nos jours, l’église Saint Louis de style néoclassique est construite de 1812 à 1830 et le théâtre et les Haras en 1843, et encore plus récemment le bâtiment des postes ci-contre est construit en 1930, etc...

La Roche sur Yon a aujourd’hui près de 60000 habitants