LES FRESQUES.

Fresque du transept sud de l'abbatiale Saint-Sauveur de Redon.Se trouvant dans la partie romane pourrait être aussi de cette époque.

La même vue mais plus claire.

Personnage central de la coupole de la croisée du transept de l'abbatiale Saint-Sauveur.

Représente une sorte d'archange mais à l'origine représentait probablement Dieu pantocrator.

(Dieu tout puissant).

Ci-dessous probablement un enfeu bas côté sud de la nef romane.

Détail de la fresque personnage féminin probablement couronné, un écu comportant croisé deux croissants de lune rouges et 2 fleurs de lis noires.

Personnage central de la fresque un homme portant un chapeau, pourrait être un ecclésiastique ou un duc de Bretagne.

à sa gauche le même écu que le personnage féminin. Le croissant de lune caractérise les nobles qui ont participé aux croisades,

c'est le cas du duc Alain Fergent qui a participé à la première croisade. La fleur de lis est l'emblème de la famille d'Anjou. L'épouse

du Duc Alain Fergent est Ermengarde d'Anjou. Tous deux ont été inhumés dans l'abbatiale de Redon, mais on ne sait pas où se trouve

leur sépulture dans l'abbatiale. Le problème c'est que les blasons n'existaient pas du temps d'Alain Fergent. Cependant on peut imaginer

le choeur de l'abbatiale étant gothique, qu'au moment où on a démoli le choeur roman on a peut être déplacé les restes du duc et de

la duchesse dans la nef, et que pour marquer l'enfeu on a peint la fresque avec des armes les représentant.

Sur ce détail à droite on retrouve le même écu que pour les 2 autres personnages. On ne voit pas très bien s'il s'agit d'un homme ou

d'une femme. Mais le personnage porte main droite une crosse. Il pourrait s'agir d'un moine, à la fin de sa vie Alain Fergent a cédé son duché

à son fils Conan et s'est retiré comme moine à l'abbaye Saint-Sauveur.

Si cette interprétation se vérifie cette arcade avec la fresque serait vraiment un enfeu dans lequel on aurait rassemblé les restes du duc

Alain Fergent et de sa femme Ermengarde lors de la construction du choeur gothique. La fresque serait alors non pas romane mais au plus tôt

du XIVème siècle.

Détail agrandi de la tête.

Ci dessous église de Langon derrière le retable absidiole nord on aperçoit une fresque sur la vôute en cul de four représentant Dieu

Pantocrator et à sa droite un ange.. Cette absidiole est du XIème siècle de l'église. Cependant la fresque aurait pu être

peinte plus tard mais avant la mise en place du retable.

Les fresques de l'église du Guerno. Ici ce sont les fresques du transept sud. Il s'agit probablement de fresques peintes lors de la

reconstruction du XVI siècle, parce que bien que l'origine de l'église soit du XIIème siècle il ne subsiste que peu de restes de

l'édifice original.

Nous constatons que tous les murs du transept sud étaient décorés de fresques. même les entourages des fenêtres avec des motifs végétaux.

Peut être qu'aucune des fresques présentées ici n'est de l'époque romane, bien que localisées dans les parties romanes des constructions.

Mais on remarquera qu'à l'époque et plus tard les murs étaient crépis, et que des pierres aux formes bien géométriques étaient peintes sur les crépis.

Donc on peut dire que c'est une abbération de défaire les crépis des murs intérieurs des églises avec le prétexte de leur donner leur aspect d'origine.